Née en 1969
Titulaire d'un DEA d'Arts plastiques et Sciences de l'art à Paris 1
Vit et travaille à Saint Pierre lès Nemours (77)

Anne Geoffroy démarre son travail d’artiste au cours de son DEA en 1997. Son premier corpus d’œuvres, La sculpture ou le centre perdu (1997-2001), est fortement marqué par S. Beckett. Le textile s’impose comme matériau de prédilection. Avec La peur du noir (2001-2009) apparaissent les lits, la toile à matelas, les pyjamas et les étoiles. A l’écoute de l’intime, elle laisse les choses remonter à la surface, les œuvres se faire. Puis écrit ensuite un texte pour comprendre ce qu’elle a fait. Et les textes, comme les titres révèlent une interprétation bien sombre au regard de ses installations. C’est le début d’un questionnement sur les secrets de famille et l’héritage silencieux. Les dessins d’après photographies, où elle fait poser ses proches, étayent ce questionnement sur la transmission et la généalogie. Et avec l’ensemble Héritière(s) (2009-2010), où sculptures et dessins se mêlent plus étroitement, elle sonde encore ces mystérieuses « lacunes laissées en nous par le secret des autres »*.

* : Nicolas Abraham, Etudes freudiennes, 1975, cité par Nina Canaullt, Comment paye-t-on les fautes de ses ancêtres, Ed. Desclée de Brouwer, 2006, p.48